UN MERVEILLEUX DIMANCHE

(Subarashiki Nichiyobi)

Un film de Akira KUROSAWA | Drame | Japon | 1947 | 109mn | N&B | 1.37:1

Au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, la ville de Tokyo est sous les ruines. Le jeune couple formé par Yuzo et Masako a tout perdu pendant le conflit. Chacun est obligé de vivre séparément, lui chez un ami, elle chez sa soeur. Comme tous les dimanches, ils se retrouvent pour passer la journée ensemble, rêvant à de jours meilleurs…
Au cinéma le 25 janvier 2017 en version restaurée dans le cadre de la Rétrospective Akira Kurosawa - Partie 2
 
DANS UN STYLE MÊLANT RÉALISME ET LYRISME, UNE CHRONIQUE
SOCIALE BOULEVERSANTE SUR UN TOKYO EN PLEINE RECONSTRUCTION
 
Pour son sixième long-métrage, Akira Kurosawa signe une oeuvre bouleversante sur la lente et difficile reconstruction de Tokyo au sortir de la guerre – la moitié de la vieille ville fut détruite par les bombardements américains en 1945. Le scénario d’Un merveilleux dimanche, coécrit par le réalisateur et son ami dramaturge Keinosuke Uekusa, est adapté du film de D.W. Griffith, Isn’t Life Wonderful, qui racontait déjà l’extrême précarité en Allemagne après la Première Guerre mondiale. Allégorie de la capitale japonaise, le couple formé par Yuzo et Masako doit quotidiennement affronter les obstacles pour survivre : marché noir, difficultés à se loger, manque d’argent… Optant une nouvelle fois pour un style proche du documentaire, Kurosawa scrute le quotidien du Tokyo d’après-guerre, entre débrouille et désarroi. Un merveilleux dimanche évoque alors le courant du néoréalisme italien, né peu de temps avant en Europe, et sa peinture objective de la réalité – Allemagne année zéro de Roberto Rossellini, autre chronique sur une ville traumatisée par le conflit, est tourné la même année. Une autre influence serait également à noter du côté de Frank Capra, maître de la comédie sociale à l’américaine. Car Un merveilleux dimanche est une oeuvre qui balance constamment entre la réalité et le rêve, ce dernier vu comme le principal moteur de la vie. C’est en acceptant sa part d’imagination et de rêve que chacun peut continuer, comme le personnage de Yuzo qui retrouve sa joie de vivre lors de la scène clé du film, où celui-ci se transforme en chef d’orchestre dans un amphithéâtre vide. Kurosawa signe finalement une ode à l’optimisme et prouve ici sa foi en l’humanité.

Réalisation : Akira KUROSAWA

Scénario : Akira KUROSAWA

Avec : Isao NUMASAKI, Chieko NAKAKITA, Atsushi WATANABE & Ichiro SUGAI

Production : TOHO

 

Visa : 143 065

 

CE FILM A FAIT L’OBJET D’UNE RESTAURATION IMAGE ET SON PAR WILD SIDE À PARTIR D’UNE NUMÉRISATION HD DE LA TOHO

        
        
Réalisateur
Rainer Werner FASSBINDER

Akira KUROSAWA

 
Né en 1910, Akira Kurosawa est l’un des cinéastes japonais les plus acclamés du XXe siècle, dont l’impressionnante carrière a donné naissance à un florilège de chefs-d’oeuvre puissants et indémodables. En cinquante ans, le cinéaste a touché à tous les genres : le film d’action, la fresque historique, le film noir, le drame intimiste… Grand connaisseur de la littérature occidentale, il a également transposé de nombreux auteurs à l’écran : de Shakespeare (Le Château de l’Araignée) à Maxime Gorki (Les Bas-Fonds), en passant par Ed McBain (Entre le ciel et l’enfer).
C’est à l’âge de 25 ans que Kurosawa entre à la Toho – alors appelée Photo Chemical Laboratories – où il occupe dans un premier temps le poste d’assistant-réalisateur. Il y réalise son premier film, La Légende du grand judo, huit ans plus tard. Dès lors, sa filmographie se fait en grande partie au sein de ces célèbres studios japonais, et il finira par être son réalisateur emblématique.
Kurosawa a été l’un des plus importants ambassadeurs japonais à l’étranger car son oeuvre est de fait indissociable de son pays. Ses films sont de formidables témoignages sur le Japon – aussi bien médiéval (Qui marche sur la queue du tigre…) que contemporain (Vivre dans la peur) – dans lesquels le cinéaste fait preuve d’un regard empreint d’humanisme, mais néanmoins critique, sur la société nippone. Son art du réalisme visionnaire fait de Kurosawa rien de moins qu’un double cinématographique de Dostoïevski, l’une de ses principales références littéraires. Cinéaste influencé par la culture occidentale, il finira par l’influencer à son tour ; Martin Scorsese, Clint Eastwood, George Lucas… de grands réalisateurs d’aujourd’hui vouent un culte à son oeuvre.

 

Votre avis

Bande-annonce

Rétrospective Akira Kurosawa - Partie 2
SELECT MOVIE