MON ÎLE FARÖ

(Fårödokument 1979)

Un film de Ingmar BERGMAN | Documentaire | Suède | 1979 | 104mn | Couleurs | 1.37

Petite île de la Baltique située au sud-est de Stockholm, à quatre heures de bateau de la capitale, Farö est devenu la terre d’adoption du cinéaste Ingmar Bergman. Il y a tourné six longs-métrages de fiction, parmi lesquels À travers le miroir et Persona. Mon Île Farö, 1979 est le second documentaire que le réalisateur consacre à ce morceau de terre isolé du reste de la Suède…
Au cinéma le 24 octobre 2018 en version restaurée inédite dans le cadre de la rétrospective Ingmar Bergman partie 3
En parallèle de la rétrospective à la Cinémathèque française du 19 septembre au 11 novembre 2018
 

Dix ans après un premier documentaire consacré à Farö, Ingmar Bergman pose à nouveau sa caméra sur cette terre d’adoption pour filmer l’évolution de l’île et de ses habitants. Entre-temps, le cinéaste est parti s’installer en Allemagne suite à son inculpation pour fraude fiscale – même si les poursuites ont finalement été abandonnées. Un parfum de nostalgie semble infuser ce film, comme si Bergman regrettait ce départ forcé et souhaitait renouer avec cette île qui lui a tant donné. En 1979, il renoue progressivement des liens avec la Suède et avec Farö en particulier, retournant y passer des vacances. Pour ce film, le cinéaste a retrouvé certains protagonistes de son premier documentaire et nous fait part de leur évolution. Ce sont par exemple ces collégiens qui souhaitaient désespérément partir et qui, dix ans plus tard, regrettent la douceur et la tranquillité de leur vie d’alors. En donnant la parole aux insulaires, Bergman nous livre leur regard sur cette île en pleine évolution, qui attire désormais une foule de touristes en été, bousculant le quotidien de ses habitants, de moins en moins nombreux. Filmé sur une année entière, Mon Île Farö, 1979 est une ode à cette contrée que la caméra de Bergman saisit avec grâce, dévoilant la beauté de ses paysages au gré des saisons.

Réalisation : Ingmar BERGMAN
Scénario : Ingmar BERGMAN
Avec : Richard ÖSMAN, Ulla SILVERGREN, Annelie NYSTROM

 

        
        
Réalisateur
Rainer Werner FASSBINDER

Ingmar BERGMAN


Auteur d’une cinquantaine de longs-métrages réalisés entre 1946 et 2003, Ingmar Bergman occupe une place essentielle dans le patrimoine cinématographique mondial. Influencé aussi bien par le cinéma français des années 1930 que par le néoréalisme italien ou le romantisme allemand, le « magicien du Nord » n’a eu de cesse d’autopsier les rapports familiaux et amoureux, dévoilant ainsi sa passion pour les femmes – et les actrices – mais aussi sa lucidité face à la vie de couple et à la famille. Cette rétrospective en sept films propose de (re)découvrir une oeuvre protéiforme, parfois onirique (Le Septième Sceau, La Source), parfois légère (Sourires d’une nuit d’été), souvent tragique (Scènes de la vie conjugale, Sonate d’automne) où Bergman se révèle un formidable peintre des visages. Plus de six ans après la mort du cinéaste, son oeuvre reste indéniablement une référence majeure pour de nombreuses générations de réalisateurs, de Woody Allen à Pedro Almodóvar, de Philippe Garrel à Arnaud Desplechin en passant par Asghar Farhadi.