COFFRET NAGISA OSHIMA

(en 9 films)

Un film de Nagisa OSHIMA | Drame | Japon | 1961-1972 | N&B / Couleurs

Fer de lance de la Nouvelle Vague japonaise avec son compatriote Kijû Yoshida, le réalisateur Nagisa Oshima reste l’une des figures les plus contestaires et visionnaires du cinéma nippon. Après avoir réalisé quatre films avec la Shochiku, Oshima prend progressivement son indépendance financière et artistique : la décennie 1961-1972 est celle des expérimentations formelles et narratives, considérée comme l’apogée de son oeuvre. Ce Coffret Collector 6 DVD + 3 Blu-ray™ présente neuf de ses plus grands films (dont le court-métrage Le Journal de Yunbogi), longtemps restés inédits. Un véritable trésor pour les cinéphiles !

Sortie en coffret 6 DVD et 3 Blu-ray le 11 mars 2015

 

9 FILMS ENRAGÉS ET ENVOÛTANTS DU GRAND CINÉASTE JAPONAIS NAGISA OSHIMA !

 

Si la nouvelle vague japonaise a été un vaste mouvement d’ensemble impliquant cinéastes, comédiens, techniciens et théoriciens, Nagisa Oshima a sans doute été le plus visible, le plus scandaleux et le plus discuté d’entre eux. La déprogrammation subite de Nuit et brouillard au Japon en octobre 1960 et la création de sa propre structure de production, la Sozosha, en font bientôt le porte-drapeau du cinéma indépendant des années 1960. Les neufs films rassemblés ici racontent ce parcours en indépendance, du Piège, tourné pour la petite compagnie Palace Films, jusqu’aux films plus imposants tels que La Pendaison ou La Cérémonie, coproduits par la fameuse Art Theater Guild (ATG). Un parcours jalonné d’obstacles, où parfois la contingence et les maigres budgets président à des choix de mise en scène iconoclastes. Oshima y invente un cinéma vif, réactif et réflexif, au mépris des figures imposées par l’industrie du cinéma. La liberté qu’il y gagne lui permet d’explorer les figures de l’intrus et du criminel – véritable obsession de sa filmographie – comme de répondre pied à pied aux sommations de l’actualité socio-politique (avènement de la société de consommation, contestation étudiante, condition des résidents coréens au Japon) et du fait divers (les arguments de La Pendaison et du Petit Garçon), pour en proposer, chaque fois, moins le commentaire que la mise en problème. Un cinéma à brûle-pourpoint, d’une passionnante diversité, et d’une complexité roborative.  – Mathieu Capel

 

La Pendaison

Le Petit Garçon

La Cérémonie

Carnets secrets des Ninjas

Le Journal de Yunbogi

Journal du voleur de Shinjuku

Le Piège

Il est mort après la guerre

Une petite soeur pour l'été

MCPJ                 logo-france-culture                LOGO CINE PLUS CLASSIC                logo-dvdclassik  

 

logo-zoom-japon               logo-ovni               logo-Transfuge-rouge             

        
        
Réalisateur
Rainer Werner FASSBINDER

Nagisa OSHIMA


Né à Kyoto en 1932, Nagisa Oshima représente la figure de proue de la nouvelle vague japonaise et le partisan d’une notion exacerbée du cinéma d’auteur.

Après des études de droit politique à l’Université de Kyoto, il entre en 1954 à la Shochiku en tant qu’assistant-réalisateur, notamment avec Yoshitaro Nomura, Masaki Kobayashi, et Hideo Oba. Le studio Shochiku lui permet de tourner ses premiers films, Une ville d’amour et d’espoir (1959), Contes cruels de la jeunesse (1960) et L’Enterrement du soleil (1960), films au sujet neuf et au style énergique qui le désignent comme l’un des chefs de file de la « nouvelle vague japonaise ».

Mais son film suivant, Nuit et brouillard au Japon (1960), tourné pratiquement à l’insu du studio et traitant d’un sujet politique brûlant, cause un scandale. La Shochiku retire le film de l’affiche au bout de 4 jours. Oshima quitte la compagnie avec fracas et crée sa propre compagnie, la Sozosha, avec l’aide de sa femme, l’actrice Akiko Koyama.

Il tourne alors une douzaine de films s’attaquant à divers tabous du Japon moderne, en particulier le sexe et le crime. C’est dans cette perspective que se situent L’Obsédé en plein jour, Été japonais : double suicide, À propos des chansons paillardes au Japon et Le Retour des trois soûlards. En marge des chefs-d’œuvre plus classiques comme Le Petit garçon (1969) ou La Cérémonie (1971), ces 4 films comptent parmi les plus provocateurs de leur auteur. Formellement audacieux, politiquement rebelles, ils associent drame et burlesque et laissent une très forte impression de liberté artistique totale. Encore méconnus aujourd’hui, ils illustrent une période exceptionnellement fertile et inventive dans la carrière du réalisateur.

À la fin des années 60, Oshima dissout sa compagnie, pensant abandonner le cinéma. C’est grâce à la collaboration d’un producteur français, Anatole Dauman, qu’Oshima peut tourner ce qui devient son plus grand succès international : L’Empire des sens (1976). Il réalise ensuite L’Empire de la passion (1978) prix de la mise en scène à Cannes, Furyo (1983) avec David Bowie et Max, mon amour (1986), et se consacre également à la télévision. Son dernier film, Tabou, remonte à 1999.

 

COFFRET NAGISA OSHIMA
Sortie le 11 mars 2015
 
COFFRET NAGISA OSHIMA EN 9 FILMS
(coffret collector 6 DVD + 3 BLU-RAY)
 
DVD 1 + BLU-RAY 1 : LA PENDAISON
 
NOUVEAU MASTER RESTAURÉ
Version Originale • Sous-Titres Français
Format 1.85 respecté • 16/9 compatible 4/3
Noir & Blanc • Durée du Film : 113 mn
 
SUPPLÉMENTS
• PRÉFACE DE MATHIEU CAPEL
• BANDE-ANNONCE
 
DVD 2 + BLU-RAY 2 : LE PETIT GARÇON
 
NOUVEAU MASTER RESTAURÉ
Version Originale • Sous-Titres Français
Format 2.35 respecté • 16/9 compatible 4/3
Couleurs • Durée du Film : 93 mn
 
SUPPLÉMENTS
• PRÉFACE DE MATHIEU CAPEL
• BANDE-ANNONCE
 
DVD 3 + BLU-RAY 3 : LA CÉRÉMONIE
 
NOUVEAU MASTER RESTAURÉ
Version Originale • Sous-Titres Français
Format 2.35 respecté • 16/9 compatible 4/3
Couleurs • Durée du Film : 118 mn
 
SUPPLÉMENTS
• PRÉFACE DE MATHIEU CAPEL
• BANDE-ANNONCE
 
DVD 4 : CARNETS SECRETS DES NINJAS
+ LE JOURNAL DE YUNBOGI
 
NOUVEAUX MASTERS RESTAURÉS
Versions Originales • Sous-Titres Français

Format 1.33 respecté • 4/3
Noir & Blanc • Durée des Films : 113 mn / 24 mn
 
SUPPLÉMENTS
• PRÉFACES DE MATHIEU CAPEL
• BANDE-ANNONCE : LE JOURNAL DE YUNBOGI
 
DVD 5 : JOURNAL DU VOLEUR DE SHINJUKU + LE PIÈGE
 
NOUVEAUX MASTERS RESTAURÉS
Versions Originales • Sous-Titres Français
Formats 1.33 et 2.35 respectés
4/3 et 16/9 compatible 4/3
Noir & Blanc et Couleurs • Noir & Blanc
Durée des Films : 92 mn / 101 mn
 

SUPPLÉMENTS

• PRÉFACES DE MATHIEU CAPEL
• BANDE-ANNONCE : JOURNAL DU VOLEUR DE SHINJUKU
 
DVD 6 : IL EST MORT APRÈS LA GUERRE
+ UNE PETITE SOEUR POUR L’ÉTÉ
 
NOUVEAUX MASTERS RESTAURÉS
Versions Originales • Sous-Titres Français

Format 1.33 respecté • 4/3 • Noir & Blanc et Couleurs
Durée des Films : 90 mn / 91 mn
 

SUPPLÉMENTS

• PRÉFACES DE MATHIEU CAPEL
• BANDES-ANNONCES

 

 

60,00 €